Belvedere.jpg

Mon parcours

A DEUX PAS DES BANCS DE L’ÉCOLE

Mon premier contact avec la céramique remonte à mes douze ans. Je participe à l’atelier de l’école tous les mercredis après-midi pendant deux ans. Cette expérience, à priori anecdotique, oriente mon choix d’études dans le domaine des arts plastiques.

En 1983, je termine mes études à l’Institut des Arts Décoratifs et Industriels de Liège avec le premier prix en Arts graphiques.

N’ayant pas l’opportunité de travailler dans le graphisme, nécessité fait loi, j’accepte un emploi dans l’administration. Après quelques années dans cette fonction, j’éprouve un besoin d’activité artistique. Pour être tout à fait exact, je dois plutôt parler de pulsion que d’envie. C’est ainsi qu’en 1990 je pousse la porte de l’atelier de la Fontaine pour y apprendre les techniques de la céramique.

DE L’ARTISTE A L’ARTISAN

L’activité principale de cet atelier est le tournage et je me sens assez rapidement limité par cette technique. Je désire sculpter et je demande à Jacques Eyen - potier responsable de l’atelier - comment m’y prendre. Il me répond : « Fais comme tu le sens ! ».

C’est-ce que je fais. Bientôt, les horaires d’ouvertures de l’atelier ne me suffisent plus et je m’installe un atelier rudimentaire à domicile. Je continue à émailler et faire cuire mes pièces à l’atelier de la Fontaine, j’y prends également quelques conseils mais la sculpture, je l’apprends en autodidacte.

J’ai l’occasion de présenter mes œuvres lors d’expositions, de concours ou dans des galeries d’art entre 1994 et 1997.

C’est à cette époque que Jacques me propose de travailler avec lui. Ma création prend alors une tournure plus artisanale qu’artistique. Je conçois des objets utilitaires, Jacques se charge de la partie technique - tournage et plaques - et je m’occupe ensuite de la décoration, de la sculpture d’éléments ornementaux et de l’émaillage. Cette collaboration, bien qu’enrichissante d’un point de vue artistique ne l’est pas au niveau matériel et je me réoriente vers une activité plus contemporaine.

LA SCULPTURE TOUJOURS … MAIS NUMÉRIQUE

En 1998, je suis une formation en multimédia à l’Université du Val Benoit et je mets mon activité de céramiste entre parenthèses pour me consacrer à ma nouvelle passion. Je ne sculpte plus de l’argile mais les polygones. Je travaille comme infographiste 3D dans diverses sociétés dans des domaines tels que les cyberacteurs - marionnettes virtuelles -, l’architecture, la réalisation de films pour parcs d’attraction et le dessin animé. J’exerce à tous les niveaux du métier : modélisation, texturing, setup de décors ou de personnages, éclairage, animation, capture de mouvements, postproduction, … ou encore écriture de scénarios et coordination de studios de dessins animés. J’enseigne également l’infographie 3D dans une Haute école.

RETOUR À LA TERRE

En 2010, le contact avec la matière me manque et je reviens à la céramique. D’abord en solitaire, et ensuite, en janvier 2011, je m’inscris à une « formation générale terre » de deux ans au Centre d’Expression et de Créativité de la Province de Liège. Parallèlement, je participe à plusieurs stages en rapport avec la céramique tels que la porcelaine, le naked raku et le moulage ou, sans aucun rapport, un stage de fabrication de papier et un autre de dinanderie.

Depuis 2011, je me suis installé un atelier à domicile et la céramique est mon activité principale. Chaque année, je suis invité à donner des formations au Centre d’Expression et de Créativité « Les Chiroux » sur mon domaine de recherche : l’utilisation des jus d’oxydes. Ce travail sur les couleurs obtenues au moyen des oxydes métalliques a fait l’objet d’un livre paru en juin 2019 aux éditions Eyrolles.